Paris France 2023

Paris France 2023

LT France 2022 Logo

Dates and Venue

1 - 2 février 2023 | Porte de Versailles | Hall 7.1

« Sexe, Drogues et Rock & Roll » vs Open Education : ce que nous avons appris de l'expérience du « MIT challenge », de la pandémie de Covid-19 et des étudiants

« Sexe, Drogues et Rock & Roll » vs Open Education : ce que nous avons appris de l'expérience du « MIT challenge », de la pandémie de Covid-19 et des étudiants

Sally-Ann Moore, Directrice des conférences de Learning Technologies France
« Sexe, Drogues et Rock & Roll » vs Open Education : ce que nous avons appris de l'expérience du « MIT challenge », de la pandémie de Covid-19 et des étudiants

Je n'oublierai jamais la nouvelle passionnante, il y a dix ans, lorsque le très réputé Massachusetts Institute of Science and Technology (MIT) a annoncé qu'il rendait ses cursus et ses examens librement accessibles en ligne pour les étudiants du monde entier ; c'était comme un rêve devenu réalité et la réalisation du véritable objectif d'Internet. Cependant, dix ans plus tard, nous pouvons conclure que ce rêve était en partie un cauchemar.

 

Un certain nombre d'étudiants intelligents et ambitieux, désireux d'améliorer leur carrière et de répondre à la pénurie de compétences informatiques dans le monde, se sont inscrits par eux-mêmes pour suivre le programme d'informatique du MIT. Les résultats ont été mitigés dans la mesure où certains étudiants ont acquis de nouvelles compétences en informatique, réussi les examens et terminé les cours sans payer et sans se rendre sur le campus du MIT. Mais le taux d'achèvement moyen des MOOC dans le monde n'était toujours qu'entre 5 et 15 %.

Nous espérions sincèrement que l'expérience du MIT annoncerait une vague de programmes d'enseignement et de diplômes ouverts et gratuits qui seraient enseignés pour une fraction du coût du campus, avec une accessibilité et une flexibilité beaucoup plus grande, et fourniraient une alternative compétitive à l'université.

Cependant, le projet, bien qu'encore très présent, n'a pas tenu sa promesse avec tous les autres MOOC, et l'éducation en ligne n’a pas remplacé massivement le campus.

 

Quelles en sont les raisons ?

1. Manque de sélection ou de qualification des étudiants dans l'open éducation
 

Le MIT Challenge est irréaliste pour la plupart des gens. Par sa nature même, l'enseignement ouvert est librement accessible à tous, mais il est peu probable qu'une majorité de candidats soient en mesure de terminer leurs études (l'institut « Microsoft Online » a eu le même problème). C'est un facteur majeur dans les faibles taux d'achèvement, même si les étudiants peuvent suivre le cours à leur propre rythme et dans leur chambre. Parfois c'est juste trop dur.
 

2. L'éducation en ligne ne fonctionne pas aussi bien que l'apprentissage en classe

Le monde a subi un test inattendu d'apprentissage en ligne lorsque la pandémie de COVID-19 a commencé début 2020. Les salles de classe des écoles et des universités ont été fermées pendant au moins 18 mois et les enseignants ont été rapidement formés pour enseigner en ligne à l'aide d'outils tels que MS-Teams et Zoom. Des parents stressés et confinés, travaillant à domicile, souvent pour la première fois, ont fait de leur mieux pour s'assurer que leur progéniture apprenne et suive les programmes. Ensuite, beaucoup d’experts ont conclu qu'il manquait quelque chose qui ne peut être obtenu que dans la salle de classe physique.

MAIS:

La pandémie de COVID-19 n’est pas une bonne expérience pour l’apprentissage en ligne. Personne dans le domaine de l'éducation ou de l'apprentissage en milieu professionnel n'a vraiment eu le temps d'exploiter le potentiel de l'apprentissage en ligne pour une meilleure pédagogie ou de concevoir des modules véritablement interactifs. Au lieu de cela, nous avons simplement reproduit le format de classe existant en ligne. En conséquence, les cours via Zoom combinaient l'inefficacité d'assister à des cours dans un auditorium avec le manque de supervision des études à domicile. S'il était techniquement possible de déployer des travaux de groupe et de débat pour les étudiants, du coaching en ligne, des délais pour les devoirs, des retours et des tests, ils ont été très peu utilisés en fait, faute de temps et de ressources. Une occasion manquée de démontrer la pertinence et la valeur de l'enseignement en ligne.
 

3. Les étudiants ne se soucient pas vraiment de l'apprentissage

Quiconque a fréquenté l'université sait que la grande différence entre le campus et le diplôme en ligne est, notoirement, qu’il offre une expérience "Sexe, drogues et Rock & Roll" ou, en d’autres termes, une expérience sociale déterminante dans le choix des étudiants de se rendre physiquement à l'université. C’est en effet une expérience de vie irremplaçable facilitant l'apprentissage à apprendre, ce que les employeurs valorisent.

Une autre explication est que la valeur principale de l'éducation est la « signalisation ».

Les écoles et les collèges ne se contentent pas de développer des compétences et de transmettre des connaissances, ils signalent plutôt aux étudiants qu'ils ont l'intelligence, les compétences sociales, l'éthique du travail et la conformité pour bien réussir dans la vie. L'auteur Bryan Caplan souligne que la scolarité fournit un mécanisme pour déterminer qui a le talent, l'ambition et l'obéissance nécessaires à apprendre avec succès sur le tas. Avoir un diplôme du MIT est probablement plus précieux que d'avoir une formation au MIT.

Que pouvons-nous faire pour améliorer l'adoption de l'Open Online Education ?

Apprendre quoique ce soit pour juste le coût de votre WIFI doit en valoir la peine.

Depuis la pandémie, j'ai trouvé des exemples dans l'apprentissage en milieu de travail, dans les usines et les bureaux où ni le fournisseur, ni le client, ni les apprenants ne veulent du retour en classe. À l'inverse, les étudiants se sont précipités vers l'école et le campus dès qu'ils le pouvaient (pas seulement, je le soupçonne, pour l'enseignement……)

Alors, dans cet esprit, quels facteurs peuvent aider à augmenter les taux d'adoption et d'achèvement des cours en ligne ?

  • 1. Conception pédagogique améliorée
    Actuellement, les supports de cours du MOOC reflètent la conférence sur le campus, plutôt que de tirer parti de toutes les innovations technologiques telles que l'apprentissage adaptatif, la personnalisation via l'IA, les tests et la certification en ligne utilisant l'immersion et la réalité augmentée, les tuteurs en ligne, les chatbots, la vidéo interactive, etc., pour obtenir l’engagement des étudiants.
     

  • 2. Résultats améliorés
    Le MIT Challenge et les autres cursus MOOC ne sont pas rigoureux pour la certification des compétences acquises. Ils s'appuient souvent sur l'auto-évaluation ; cela nuit à la fois à la crédibilité des employeurs et des étudiants. À l'avenir, les cours menant à un diplôme doivent utiliser des processus d'examen et d’évaluation authentifiés pour certifier les résultats des étudiants.
     

  • 3. Pertinence améliorée
    Seuls 14 % des adultes en activité dans le monde occidental occupent un emploi en rapport avec leurs études secondaires. Ces 14% sont constitués de professions telles que les médecins, les infirmières, les avocats ou les métiers spécialisés. Le reste est composé de personnes qui ont bénéficié d'un cursus assez peu pertinent ou d'élite (où le côté « Sexe, drogues et le Rock & Roll » était leur priorité).
     

    Pour que l'éducation en ligne apporte le rêve, elle doit fournir de véritables compétences professionnelles qui peuvent être appliquées immédiatement dans le lieu de travail moderne. Cela signifie moins se concentrer sur la théorie et plus sur la pratique, ce qui signifie vraiment appliquer, dans les milieux de l'éducation, la règle des 10-20-70, la nouvelle règle qui a eu tant de succès dans l'apprentissage en milieu de travail. Dans l'enseignement, la « classe inversée » est idéale pour atteindre cet aspect pratique.


Au sujet de l’auteur Sally-Ann Moore

Après une longue carrière en tant que directrice L&D et consultante en gestion, Sally-Ann est devenue fondatrice et directrice d'une série d'événements révolutionnaires dans le domaine de l'apprentissage et des ressources humaines : eLearnExpo (Paris, Vienne, Amsterdam, Hong Kong et Moscou) et iLearning Forum (Paris, Bahreïn, Dubaï et Shanghai). 

Elle est aujourd'hui responsable contenus et stratégie pour Learning Technologies France, le salon leader du digital learning dans le monde francophone.

Voir tous les articles
Loading

Merci à nos sponsors