Paris France 2023

Paris France 2023

LT France 2022 Logo

Dates and Venue

1 - 2 février 2023 | Porte de Versailles | Hall 7

Apprendre des langues pour s’améliorer soi-même

15 avr. 2022

Apprendre des langues pour s’améliorer soi-même

SPEEXX Stand: G46
Johan Michel
Apprendre des langues pour s’améliorer soi-même

Dans une économie de plus en plus internationalisée, dans un contexte paradoxal, où, bien que nous soyons de plus en plus autonomes au travail, la nécessité de communication n’a jamais été aussi grande ; maîtriser des langues étrangères est devenu un prérequis dans de nombreux métiers. Nos récentes études économiques ont d’ailleurs démontré tout l’impact du multilinguisme sur les performances économiques.  

Pour autant, apprendre des langues n’est pas qu’une nécessité professionnelle ou un enjeu économique. Le multilinguisme présente de nombreux autres avantages pour l’apprenant lui-même. Des avantages parfois méconnus, inconscients, mais qui nous accompagnent pourtant dans notre vie quotidienne.  

Entre gains de créativité, de rationalité ou encore de santé, nous vous proposons de plonger au cœur des bénéfices neuroscientifiques de l’apprentissage des langues. 

Accroître sa créativité grâce aux langues 

 

Les liens entre la créativité et la maîtrise des langues étrangères ont été parmi les points les plus étudiés de notre propos. Selon Google Scholar, depuis 1966, ce ne sont pas moins de 294 articles scientifiques qui ont traité ce sujet. Néanmoins, les liens ne sont pas forcément instinctifs, évidents à percevoir.   

Pourtant, l’étude de la chercheure en psychologie Lina Ricciardelli, datant de 1992, l’une des plus citées dans la matière, faisant la recension et l’analyse comparatives de toutes les études d’autorité antérieures, montre un lien direct entre créativité et bilinguisme. Ainsi, sur les 24 études prises en compte par Ricciardelli, 20 montrent une supériorité créative des profils bilingues sur les monolingues. De même, les profils bilingues obtiennent de meilleures notes au célèbre test de créativité de Torrance. 

Mais alors comment l’expliquer ? Le rapport sur les bénéfices cognitifs de l’apprentissage des langues de Bencie Woll et Li Wei pour la British Academy démontre que le bilinguisme développe une plus grande flexibilité créative. 

Ainsi, l’exposition à plusieurs cultures, à des concepts différents, permet de penser en dehors d’un cadre, de faire tomber les barrières. 

 

Plus de langues pour plus de concentration 

 

Outre la créativité permise par ce mélange des cultures et de caractéristiques linguistiques différentes, la maîtrise, même partielle, de langues étrangères accroit la capacité à se concentrer. Ici, le phénomène est tout simple, évident : si vous êtes français et êtes amené à parler anglais, il faudra mettre de côté la construction des phrases, les expressions, bref, tous les ressorts de votre langue maternelle. Cette vigilance concernant les interférences possibles entre deux langues distinctes implique donc un grand effort de concentration. Or, la concentration est comme un muscle, il faut la travailler pour la développer. La pratique de langues étrangères est donc un très bon moyen d’accroître sa concentration.  

Par ailleurs, si l’on se place du côté de la neurologie pure, cette lutte contre les conflits de langues potentiels stimule le cortex cingulaire antérieur dorsal (CCAd), comme le démontre un article scientifique de l’académie d’Oxford « Le bilinguisme adapte le cortex cingulaire antérieur à la surveillance des conflits ». Ce fameux CCAd est le lieu où sont justement gérées les émotions, ou s’établit le contrôle cognitif. Il transforme un phénomène négatif d’anxiété, dû par exemple à une activité que nous n’avons pas l’habitude de faire ou une situation inhabituelle, en un phénomène positif de concentration.  

Gain induit par ce phénomène, en maîtrisant plusieurs langues, nous gagnons ainsi en rationalité, nos actions et pensées étant moins soumises aux facteurs émotionnels. 

  

Une meilleure adaptabilité 

 

Un autre point important, et qui peut se concevoir aisément, est l’adaptabilité procurée par la pratique de plusieurs langues, et donc plusieurs cultures. Les psycholinguistes Viorica Maria et Sayuri Hayakawa du cabinet BMC ont mis en lumière toute la neuroplasticité induite par la pratique de différentes langues : maîtriser plusieurs langues, c’est d’une certaine manière procurer un entraînement sportif à notre cerveau, nous développons ainsi la gymnastique cérébrale. En effet, stimuler notre cerveau de la sorte, en jonglant entre plusieurs langues et cultures, accroît sa plasticité. Cette plasticité est la faculté qu’à notre cerveau à s’adapter, se modifier, en fonction de l’environnement extérieur. Différentes zones du cerveau vont être stimulées différemment, voire associées pour répondre au mieux à une situation donnée. C’est en quelque sorte sa capacité d’adaptation aux changements. Or, plus on pratique de langues étrangères régulièrement, plus on intensifie la gymnastique cérébrale, et plus la plasticité de notre cerveau sera développée pour s’adapter en toute circonstance. 

 

Plurilinguisme et communication interpersonnelle 

 

Ici, tout est la conséquence des points précédents. La communication interpersonnelle se définit par les interactions globales entre deux personnes. Cela passe par la communication verbale évidemment, mais également la communication non-verbale et paraverbale. En somme, cela passe également par le ressenti. Or le fait d’être exposé à plusieurs langues, et donc plusieurs cultures, plusieurs « singularités » linguistiques, permet d’être davantage exercé à la compréhension de l’autre, de ses réflexes, ses comportements et sa communication. On peut avoir ainsi une communication interpersonnelle beaucoup plus fine, et pouvoir naturellement mieux s’adapter à un interlocuteur, à une situation donnée.  

Si l’on développe une meilleure communication interpersonnelle aux contacts de langues étrangères, on acquiert également une meilleure maîtrise de sa propre langue. En effet, confronter sa propre langue maternelle à une langue étrangère, qui comporte des structures, des caractéristiques différentes, nous pousse à davantage la questionner, la réviser.    

 

Il n’a jamais été aussi facile d’apprendre une nouvelle langue 

 

Tous ces bénéfices n’ont jamais été autant à portée de main : que vous ayez déjà des bases en langues étrangères ou non. Vous pouvez vous obliger à regarder des films ou des séries dans une langue étrangère, avec, puis sans sous-titres ; lire dans une autre langue… Mais au-delà de ces techniques personnelles, le digital a permis l’émergence de nouvelles solutions, de nouvelles façons de se former. Plus adaptées à votre rythme, à vos besoins. Les plateformes comme la nôtre permettent ainsi d’apprendre une langue de manière autonome, avec des activités courtes que vous pouvez réaliser quotidiennement sans que cela soit chronophage, tout en bénéficiant de cours plus traditionnels avec un coach. Les formations deviennent donc davantage personnalisées, tant du point de vue des modalités (apprendre n’importe où, n’importe quand) que du contenu en lui-même, qui collera au besoin de l’apprenant. C’est ainsi, par exemple, que nous utilisons l’intelligence artificielle pour pouvoir procurer en temps réel le contenu le plus adapté à nos apprenants en fonction de leur besoins précis et leurs centres d’intérêts. 

 

En conclusion, outre des aspects professionnels ou économiques, avec un gain d’employabilité par exemple, la pratique de plusieurs langues, sans forcément avoir un niveau bilingue, présente de nombreux avantages, ne serait-ce que pour le bien-être personnel et la gymnastique cérébrale. Quelles que soient les raisons primaires ou matérielles, il est donc important de se mettre aux langues étrangères. D’autant plus que la pratique de plusieurs langues viendrait, selon les dernières études scientifiques, retarder les risques de neurodégénérescence ou d’être atteint par la maladie d’Alzheimer. Que des avantages, donc…  

View all News
Loading

Merci à nos sponsors